AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cynder - Jugée sur son passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Parce que je suis noire
Informations

Messages : 3
Date d'inscription : 25/06/2015
Liens

MessageSujet: Cynder - Jugée sur son passé   Sam 27 Juin - 23:24


Cynder




Le Dragon

Nom : Cynder
Sexe : Femelle
Âge : 20 ans
Race : Dragonne Noire
Clan : Familia Obscura
Métier : Reine Mère
Affinités : La Familia Obscura, comme l'indique son nom, est ma tendre famille depuis que Spyro m'a trahi, laissant une blessure irréparable dans mon coeur. Haïssant Malefor pour ses actes sur ma personne, j'ai des souvenirs très flous de mon passé dans la Horde depuis le choc de ma transformation, mais les dragons proches de Malefor ne m'inspirent pas confiance. Je hais profondément ceux qui jugent un dragon sur son passé.


Le Joueur

Pseudonyme : Jäger
Comment avez-vous découvert le forum ? Amie (Cinderella)
Niveau de RP : Bon
Double-compte ? Non



Description Physique

L'opinion publique se base sur deux choses pour accuser un dragon : son passé et son physique. Pour moi, mon passé est entaché de la même couleur noire que mon corps. Ai-je seulement demandé à naître ainsi ? Je ne sais pas même si cette couleur est naturelle, qui sait ce que Malefor a pu concocter pour ma naissance, au dessus de mon œuf, le seul qu'il ait préservé de tous ceux qui devaient naître à mes côtés, comme Spyro. Ainsi donc disais-je je porte sur moi la couleur sombre des pouvoirs que j'ai eu dès ma naissance, ceux des ténèbres. Ce noir néanmoins est particulier, agrémenté d'une teinte bleutée voire légèrement violacée selon les angles, il contraste avec mon ventre lie de vin en un assortiment si ténébreux qu'il ne plaide pas en ma faveur aux yeux de ceux qui jugent à l'apparence. Seuls mes yeux sont clairs, d'un bleu qui pourrait témoigner d'une innocence, mais qui se ternit lorsque l'on parle de mon passé...

Beaucoup ne m'auront connue qu'étant jeune, et donc soit sous mon apparence adolescente, soit dans le corps de la Terreur du Ciel. Ceci n'aide pas plus à ce que l'on pense de moi de nos jours : je ne suis certes pas aussi maigre que je l'eut été sous le joug de Malefor, mais mon corps s'est affiné et élancé d'autant plus tandis que je grandissais, et à présent mon long et fin visage au bec marqué et aux six cornes d'argent à la forme aérodynamique n'a plus que ces yeux dont je parlais plus tôt qui témoignent du fait que je n'ai pas été ensorcelée. Affinés en une expression souvent méfiante, ils restent néanmoins remarquablement expressifs, et m'empêchent de cacher réellement mes sentiments. On me dira que je suis trop sensible, que je suis trop douce. Peut-être bien... J'aurai peut-être dû prendre mes distances dès le départ.

Mon corps possède des marques tribales sur mes épaules et mon crâne, ainsi que des lames en forme de serpes au bout de mes ailes et de ma queue, m'attachant toujours plus aux ténèbres. Mais après tout je suis née en eux et avec eux, je ne peux échapper à ma propre nature. Une nature qui ne se dessine pas sous une apparence menaçante, car malgré mes traits proches de ceux de la Terreur du Ciel, mon visage reste remarquablement rond par rapport à cette époque, et mon corps moins atrophié. Mais je garde de cette ancienne apparence un point : je suis toujours autant attiré par le ciel. Menaçante lorsque je venais à loin depuis les nuages sombres de la Horde, je ne me sens bien aujourd'hui que lorsque je voltige grâce à mes ailes si grandes et puissantes dans le ciel nocturne de ma Familia.


Description Mentale

La plupart des dragons qui vous conteront mon histoire diront sans doutes que je suis sans cesse partagée entre le bien et le mal, dans une sorte de combat schizophrène entre ma naissance dans l'innocence et ma jeunesse dans les ténèbres, et que j'aurai fini par me faire dévorer par le mal en moi. D'autres encore diront que je ne suis que mal et manipulation; Les croirez-vous ? Je ne veux pas plaider l'innocence, car j'avoue volontiers qu'il y a en moi quelque chose de mal. Mais comment pouvez-vous dire me connaître ? Comment pouvez-vous vous plaindre sans connaître mon passé ? Ne dites pas me "connaître" sans même connaître la vérité sur moi. Oui, il m'arrive souvent qu'une soudaine colère s'empare de mon esprit en voyant un dragon plus "bon" que moi. Une petite voix alors à l'arrière de mon esprit se met à jouer avec mes nerfs et susurre à mon oreille : « Tue-le. »

N'est-ce pas un événement qui arrive à tous ? S'imaginer les griffes portées au cou d'un autre, fixant son regard terrorisé tandis que son souffle se fait court. Pourtant, y a-t-il tant de meurtres de par le monde ? Je ne dirais pas que certains ne s'y abandonnent pas, mais je soutiens que nous avons tous cette voix en nous, mais comme vous pourrez le constater je suis encore assez sensée pour ne pas m'y abandonner. Ce n'est qu'un murmure de l'inconscient, des flashs qui nous prennent tout un chacun dans les mauvaises passes, mais qui ne restent que des fantasmes stupides que l'on ne peut qu'à peine s'imaginer. Je ne veux pas imaginer un seul instant que je puisse me laisser abandonner à cette voix. Elle est peut-être plus forte en moi, car toujours il me semble l'avoir entendue depuis que je me suis libérée de la Terreur du Ciel. Est-ce "elle" qui me parle au travers de mon inconscient ? Si c'est le cas, je n'ai que moins de raisons encore de m'y abandonner.

Je reste donc je pense une dragonne calme et réfléchie. Depuis que je fus exilée de Warfang, j'ai longtemps réfléchi, j'ai longtemps tourné et retourné ma situation dans ma tête. Dois-je m'apitoyer sur mon sort comme n'importe quel dragon, tentant de m'attirer la pitié et les pleurs d'autrui ? Non, je ne veux pas m'y abaisser. J'ai toujours pensé que la mort planait au dessus de moi de façon menaçante. Je souffrais. Je voulais tendre la main à ceux qui souffraient et pleuraient à côté de moi pourtant. Ne pleure pas, je suis là, calme-toi... Mais l'instinct de survie reprenait le dessus. Il me faut survivre, voilà ce qui a mené ma vie bien longtemps... Mais je ne m'attarderai pas dessus, car cela fait partie de mon passé. J'ai pensé qu'il serait mieux de mourir pour apaiser mes souffrances, et à la fois je me disais que cela valait le coup d'attendre. Un jour peut-être rencontrerais-je quelqu'un qui me fera changer d'avis ? C'est sans doutes pour cela que malgré ma méfiance et ma peur du monde à cause de Malefor, j'ai accordé si facilement ma confiance à Spyro. Quelle naïveté.

Je pense m'être assagie aujourd'hui. Prudente et attentionnée, je sais cependant tout en m'inquiétant pour autrui ne jamais placer ma vie entre les mains d'un autre. D'une certaine manière, il est bon d'être à la tête d'un peuple, pour ainsi ne jamais redouter qu'ils se retournent contre moi si aisément. Pourtant, je n'aime pas que l'on s'incline devant moi et m'appelle "ma reine", ou pire, "mon impératrice". Je ne me vois peut-être pas vraiment au dessus des autres, c'est vrai, ma souffrance a fait de moi une dragonne faisant preuve d'une grande humilité bien souvent. Certes, je joue de provocation, et je ne dirais pas que je suis la dragonne la moins susceptible qui soit. Mais au fond de moi, je déteste plus que tout cette soumission et cette peur dans le regard de ceux qui me voient comme un être supérieur. Cela me rappelle bien trop mon passé. J'ai changé ! Je ne veux plus de cela, écoutez-moi ! Je ne veux plus entendre parler de mon passé, j'en pleure, s'il-vous-plait croyez-moi, je suis devenue une dragonne prudente mais aimante qui n'aspire qu'à la paix et à protéger ceux qui sont dans la nécessité. Acceptez-moi, je vous en prie...


Élément et Pouvoirs

Depuis ma naissance je possédais le pouvoir des Ténèbres, mais l'envoutement pratiqué par Malefor, dragon violet, sur ma personne m'a donné accès à trois autres éléments tout aussi sombres mais puissants : la Peur, le Poison et le Vent, le plus discret des quatre.
Cri de Sirène Je peux relâcher un puissant cri visible sous forme de rayons rouges circulaires qui peuvent pétrifier l'adversaire ou l'envoyer valser selon sa résistance. Le souffle est de portée très large mais assez courte malgré tout, touchant principalement les ennemis au devant en provoquant des pulsation et un son strident qui déconcentre tous les adversaires à portée du son, voire assourdi temporairement les plus proches.
Souffle d'Effroi Envoyant des sphères rougeoyantes à l'apparence de boules de feu autour de moi, je peux en atteignant la cible l'étourdir grâce à ces sphères lourdes qui agissent tels des feu follets en tournant autour de la cible avant d'exploser un en cri choquant. La portée est faible, mais le feu follet résister quelques secondes avant de disparaître.
Cyclone Un puissant souffle de vent sort d'entre mes crocs pour repousser les ennemis. Un adversaire qui tente de résister pourra à la longue être privé d'air, mais ce souffle sert principalement à repousser l'ennemi. Celui qui s'approchera de trop pourra être blessé par un choc semblable à un coup donné d'une arme contondante. Le souffle a une portée plus importante qu'un souffle moyen, mais il est moins puissant à sa pointe qu'en sa base.
Tornade M'enveloppant dans mon souffle de vent, je peux tourner sur moi-même pour former une tornade qui peut envoyer les débris alentours sur l'ennemi et repousse toute attaque physique en envoyant valser les adversaires. Les plus légers sont piégés dans la tornade de telle sorte que je peux les envoyer valser à leur tour. Je peux tenir une bonne minute ainsi, mais serai bien souvent étourdie après utilisation du pouvoir.
Venin Apparaissant sous forme de crachats de liquide bouillonnant vert, le venin agit à la fois comme un acide et comme un poison mortel. La sphère de poison est grosse comme un petit ballon, et lourde comme une pierre, s'écrasant rapidement en provoquant des éclats de toutes parts qui peuvent provoquer des blessures importantes si elles ne sont pas rapidement nettoyées, brûlant dans un premier temps puis creusant tout objet solide.
Coup du Scorpion Me recouvrant de venin auquel je résiste tant que celui-ci provient de moi-même, je peux foncer sur l'adversaire dans l'intention de lui provoquer un coup tranchant avec les cornes, la queue ou les griffes, afin de faire pénétrer le venin à l'intérieur du corps de la victime. Je suis légèrement ralentit par le venin si je ne veux pas être blessée moi-même, mais cette attaque principalement physique est surtout une amélioration de mon attaque physique normale.
Frappe d'Ombre M'enfonçant dans l'ombre pour en devenir une moi-même, je me déplace tel un nuage de fumée noire suffocante vers l'adversaire. Mon déplacement est lent, mais je peux passer par des passages plus étroits sous cette forme, et éviter un certain nombre d'attaques qui ne frôlent pas directement le sol. Lorsque je donne des coups de griffes, de nombreuses griffes obscures sortent de l'ombre pour découper l'adversaire au dessus de moi, pouvant les faire suffoquer quelques secondes de plus par l'élément de ténèbres.
Flammes d'Ombre Enfin, il m'est possible de souffler cette même fumée suffocante directement sur l'adversaire. Tout comme le souffle de vent, le souffle d'ombre a une meilleure portée d'un souffle de feu, mais est moins suffoquant à sa pointe qu'à sa base. Il ne s'évapore cependant pas tout de suite, laissant une traînée qui reste désagréable à respirer et peut faire suffoquer les êtres les plus sensibles pendant plusieurs secondes.



Passé

Dans une nuit noire d'encre, des cris survinrent dans le ciel étoilé au dessus du Temple du Dragon : la ville de Warfang s'était faite attaquer dans une telle discrétion que personne n'avait vu venir le danger, et bien vite un enfer de flammes et d'éclairs déferla sur les murs du bâtiment. Sur les langes de feu, les ombres immenses des singes s'élevaient, tenant haut au dessus de leurs têtes des armes lourdes qu'ils abattaient sur les œufs de dragons protégés par les gardiens. Les craquements sinistres des coquilles et des os retentissaient tandis que certains hurlements de douleur des attaquants se faisaient entendre alors qu'ils se jetaient des hauteurs pour tenter de fuir les flammes qui dévoraient leurs crânes qui allaient s'écraser sur le sol pour appuyer la mélodie du massacre. Plus de cris encore retentirent quand un dragon rouge s'abattit sur un œuf, refermant ses puissantes griffes dessus en brûlant nombre d'assaillants de son souffle puissant, donnant de si violent coups d'ailes que son envol envoya valser en tous sens les macaques si légers. Il s'enfuit dans le ciel nocturne, poursuivi par l'ennemi. Ainsi commence la légende de Spyro, le Dragon Violet... Mais l'histoire qui nous intéresse en cet instant est celle d'un œuf laissé derrière parmi les derniers intacts.

Les singes restés sur place recommençaient leur macabre concerto quand soudain une ombre puissante ramena son épais sabre devant le bras d'un de ses serviteurs qui s'apprêtait à réduire à néant la petite vie qui battait au cœur de la coquille à ses pieds. Gaul, le Roi des singes qui avait reçu des ordres explicites de son maître, Malefor, se baissa avec prudence, enveloppant de ses épaisses paluches le fragile réceptacle de vie qui se trouvait à terre. Le devin avait été très clair sur la possible trahison de celle que Malefor allait recueillir, mais le destin ne pouvait être entièrement changé, et le maître des Ombres comptait tenter de détruire le mal par le mal, confrontant deux héritiers du même âge. L'œuf fut porté dans le puissant bras du roi primate jusqu'au plus haut point de la Montagne de Malefor. Sur le trône de pierre du Seigneur des Ombres se dessinait la silhouette du puissant maître. Son regard se posa sur la chose fragile qui lui était offerte : de cette coquille allait naître une créature élevée dans l'ombre qui deviendrait plus tard la Terreur des Cieux.

Cynder naquit en tant que fille du Maître des Ombres. Que ne furent les ennuis que lui apportèrent la naissance d'un bébé dragon dans un premier temps. Le Maître des Ombres ne pouvait se salir à tenter d'élever cette petite chose intenable et qui manquait cruellement d'esprit, aussi la petite créature noire aux grands yeux bleus passa de mains en mains parmi les serviteurs inaptes à s'occuper d'un tel enfant. Même Gaul dû se mettre au travail pour la fille du maître, se pliant en quatre pour tenter de l'empêcher de pleurer avant de comprendre qu'en fait elle ne réclamait qu'un peu de lait pour remplir son petit estomac vide. Ceci pourrait presque commencer comme une histoire attendrissante, mais lorsque le passé du père adoptif est rempli de tant de douleur que son cœur est condamné à ne plus jamais aimer, comment peut-on imaginer qu'il ait pu ressentir le moindre amour pour cette petite dragonne dont les sourires rappelaient ceux des dragons qui l'avaient exilé de sont pays pour une histoire de nature ?

Jamais Cynder ne cru un seul instant que Malefor ait pu avoir le moindre sentiment pour elle dans sa jeunesse. Souffrant de ce manque d'affection, la jeune dragonne alors devenue adolescente savait qu'elle n'était élevée que comme une machine de guerre. Elle errait dans les couloirs de la montagne, voyant le fantôme de son père invoquer chaque jours de nouvelles créatures du puits, des dragons vicieux et immondes qui ne désiraient que détruire et se venger. L'un d'eux avait attiré son attention un instant : il lui avait semblé un instant voir un crapaud aux pieds de son père, une créature trapue et assez immonde. On ne pouvait dire que Cynder avait été outrée par sa laideur, après tout quand votre nourrice s'appelle Gaul on peut dire que votre notion de la beauté est quelque peu faussée par rapport à celle d'un dragon lambda. Ce qui l'avait troublée était qu'alors qu'elle avait perdu de vue, pendant une demi-seconde seulement, Malefor et le crapaud de vue, tout avait changé. Un pilier était apparu dans son champ de vision, la coupant des deux dragons, et alors qu'elle découvrait à nouveau la scène le crapaud avait changé pour devenir un reflet de miroir. Il lui sembla un instant que c'était elle, mais le dragon était blanc et avait une crinière d'argent. Pourquoi cette forme ?

Cynder aurait pu prendre ça comme un signe d'amitié, et pour tout dire il lui sembla lorsque les entraînements ordonnés par Malefor commencèrent que ce Cinderella était particulièrement gentil avec elle. Il était même adorablement doux et attentionné, mais lorsqu'elle découvrit le comportement assoiffé de sang de ce que Malefor lui avait présenté comme un frère le doute l'envahi. Les neuf dragons qui se trouvaient avec elle pour ces entraînements étaient tous des machines de guerre qui ne cherchaient qu'à tuer et se venger ou à se nourrir du sang de leurs victimes. Cynder était à la fois terrifiée et fascinée : la gentillesse de Cinderella mais aussi d'autres futurs généraux lui donnaient cette impression que dans le mal il pouvait y avoir des nuances de bien. Peu à peu, la vision manichéenne du monde qui persiste dans les esprits de tous les dragons devint de plus en plus floue chez Cynder pour totalement disparaître avec le temps. Mais les actes malfaisants de Malefor n'avaient pas fini d'étonner Cynder. Toujours plutôt choquée par leurs entraînements sanglants, Cynder préférait passer du temps avec sa nouvelle famille hors des entraînements, découvrant parfois des rejets violents de la part de certains, parfois de la tendresse comme dans l'attention constante de dragons comme Cinderella.

La fin de l'entraînement des futurs généraux de Malefor se présenta, et l'ordre du père de Cynder résonna alors longtemps à l'esprit de la jeune dragonne : « Tue ton adversaire. » Cynder refusa longtemps de faire cela, mais son refus bientôt se transforma en terreur quand Malefor entra dans une rage folle. Peu à peu, l'esprit de la dragonne perdit son accroche à la réalité, et elle sombra dans l'incapacité d'agir comme bon lui semblait. Elle venait d'être transformée en la Terreur des Cieux, celle qui allait faire régner la peur sur le Royaume des Dragons. À partir de cet instant, Cynder était devenue la marionnette de Malefor, et tous ses espoirs d'enfant furent écrasés sans la moindre pitié...



Mais il advint, bien des mois plus tard, que se présente à elle un autre enfant, Spyro le dragon violet qui faisait tant peur à son père. Ils furent confrontés. Cynder n'avait qu'une envie : enserrer le cou du dragonner de ses longues griffes meurtrières pour mettre fin au filet de souffle qui passait dans sa gorge. Au fond de son cœur cependant, elle pleurait la mort du dragonnet... Mais il n'en fut pas comme le désirait la Reine Sombre : le pouvoir du dragon violet fut bien au delà de ceux de la dragonne noire et vinrent à briser le sort de Malefor. Il aurait pu la laisser là, disparaître dans la Convexité pour ne plus jamais revoir le jour, mais Spyro vit en Cynder ce que personne n'avait jamais vu : la douceur et la tristesse d'une dragonne sans famille. Ainsi, Cynder pu à nouveau ouvrir les yeux et voir le ciel du Royaume des Dragons. La guerre avec son père était-elle finie ?

Loin de là. Cette partie de l'histoire, vous la connaissez : la renaissance de Malefor, la tentative de Spyro et Cynder de l'arrêter, leur enfermement dans un cristal d'ambre, le combat contre le golem, la bataille du Destructeur et enfin le combat final. Tout le monde cru qu'au terme de cette guerre, deux héros avaient été tués... mais au loin dans les profondeurs, un nouveau Chroniqueur apportait un regard inquisiteur sur son livre pour tenter de connaître le fin mot de l'histoire. Cynder et Spyro refusèrent de rentrer tout de suite, il leur fallait retrouver des forces, et surtout ils souhaitaient profiter de leur liberté, et de la paix. Ils élurent domicile quelques temps en Avalar, dans un village reculé où ils profitèrent d'un peu de temps ensemble. Cynder sentait son cœur battre : Spyro comprenait cette vision du monde qu'elle avait adopté, il croyait lui aussi au bien dans le mal, et il était si doux avec elle... si tendre. Elle se savait amoureuse. Ils finirent après quelques mois par rentrer à Warfang, et y furent accueillis en héros. Cynder découvrit alors le monde de Spyro, ses amis. Elle entretint quelques temps une rivalité avec Ember qui se disait la fiancé de Spyro, mais finalement la dragonne rose avait reconnu la grandeur de l'amour de Cynder. Ils coulaient des jours heureux, enfin... Jusqu'à-ce que le scénario recommence.

Dans une nuit noire d'encre, des cris survinrent dans le ciel étoilé au dessus du Temple du Dragon : la ville de Warfang s'était faite attaquer dans une telle discrétion que personne n'avait vu venir le danger, et bien vite un enfer de flammes et d'éclairs déferla sur les murs de la cité. Les dragons paniquèrent, une attaque d'un clan inconnu faisait rage dans un quartier de la ville. Cynder et Spyro, réveillés par Ember et Flame, s'envolèrent de leur demeure pour aller aider les dragons en danger. Cependant, alors qu'ils planaient au dessus des toits, Cynder captura du coin de son regard affûté une ombre qui se glissait dans le Temple du Dragon. Elle s'éloigna aussitôt pour s'assurer que tout allait pour le mieux, personne ne la suivi. Elle s'avança, traversa au plus vite les couloirs, rejoignit le cœur de la salle qui abritait les œufs des dragons protégés par les gardiens. Au centre, un socle portant un artefact retiré au Destructeur. Au dessus de celui-ci... un reflet de miroir. Cynder fut choqué, elle avait une impression familière, mais pourtant les souvenirs ne voulaient pas lui revenir, elle semblait se refuser à reconnaître que cette personne était... Cinderella. Le fantôme sourit, et en un quart de seconde disparu dans les murs du Temple. Cynder sentit son coeur rater un battement avant qu'elle ne se précipite au dehors et ne s'envole à la poursuite du spectre. Il lui sembla que la course dura des heures et lorsqu'elle perdit de vue le voleur le calme était revenu dans Warfang. Du moins, pour quelques heures...

Lorsqu'elle revint, une foule l'attendait sur la place. Elle s'approcha et demanda ce qu'il se passait : le cœur du Destructeur avait été dérobé. Cynder annonça qu'elle avait poursuivit le voleur, mais personne ne la cru. Quel dragon traversait les murs après tout ? Et un fantôme ne pouvait pas s'emparer d'un objet solide, c'était stupide. Cynder fut accusée d'avoir monté un clan pour attaquer Warfang. Après tout, elle était maléfique ! De nouveau mise face à face avec sa nature de dragonne noire, Cynder se tourna vers ses amis dans l'espoir d'être soutenue. Mais quand elle vit le doute dans les yeux de Spyro, de l'être aimé, son univers tomba en miette. Était-elle reniée, réellement, par sa nouvelle famille ? Sa vision se troubla, des larmes chaudes coulèrent entre ses écailles noires. Fini, elle ne pouvait plus faire confiance à quiconque. Elle souffla un nuage de ténèbres sur la place, étouffant quelques secondes les dragons présents pour qu'aucun ne la suive, et s'envola très loin, laissant les gardes de Warfang impuissants face à son exile forcé. Plus jamais elle ne reviendrait à Warfang, et plus jamais elle n'accorderai sa pleine confiance. Elle se le jurai.

Elle vola longtemps jusqu'à atteindre les hauteurs de montagnes lointaines qui brillaient comme la lune. Elle s'installa au sommet et resta dormir dans une caverne. Des dragons alors s'approchèrent peu à peu : elle était sur les terres des dragons noirs. Parmi eux, certains avaient été exilés des années auparavant et n'étaient pas revenus après la mort de Malefor, d'autres encore venaient d'être exilés après son départ. Horrifiée, Cynder demanda à entendre leur histoire. Elle passa de longues nuits à les écouter et à leur raconter son passé. Tous ces dragons avaient été exilés pour leur nature ? Alors qu'ils n'avaient rien fait de mal contrairement à elle ? Ni même sous la contrainte ? Sa colère envers Warfang grandit, mais elle s'était promis des années auparavant, alors qu'elle s'était éveillée aux côtés de Spyro et des Gardiens, de ne jamais agir par vengeance comme les généraux et Malefor pouvaient le faire. Elle décida de prendre sous son aile les dragons noirs et créa la Familia Obscura, une famille d'exilés qui se soutenaient les uns les autres. Si personne ne voulait d'eux, alors ils ne voulaient de personne pour survivre. Sans vraiment s'y attendre, Cynder fut élevée au rang de Reine Mère et sa caverne devint un château en quelques mois. Elle repose à présent au plus haut de ce château, profitant de liberté et douceur. Elle n'accorde plus sa confiance si aisément, et n'hésite pas à le rappeler à sa nouvelle famille, mais elle n'abandonnera cependant aucun des dragons exilés qui se présenteront devant elle.
Tout le monde a le droit à une deuxième chance, qu'ils soient violets... ou noirs.

Code par Crystal


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar
Invité
Informations
Liens

MessageSujet: Re: Cynder - Jugée sur son passé   Dim 28 Juin - 23:47

" S'incline " Bienvenue ma reine
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Prince Charmant
Informations

Messages : 15
Date d'inscription : 02/05/2015
Localisation : Chaos Control
Liens

MessageSujet: Re: Cynder - Jugée sur son passé   Mar 30 Juin - 3:16

Bienvenue a toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Parce que je suis noire
Informations

Messages : 3
Date d'inscription : 25/06/2015
Liens

MessageSujet: Re: Cynder - Jugée sur son passé   Sam 4 Juil - 10:49

*fait se relever Cassius* Merci de votre accueil, à tous deux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Boule de gomme
Informations

Messages : 62
Date d'inscription : 25/03/2015
Age : 21
Liens

MessageSujet: Re: Cynder - Jugée sur son passé   Lun 7 Sep - 12:07

Et me voilà comme promis~♥

Donc je t'avais déjà dit que côté descriptions ça passait nickel, les pouvoirs sont bien repris, il y a un bon développement des liens et finalement l'histoire est très bien aussi, très bonne fiche et rien à redire du coup je te valide très chère sœur, et bon jeu~


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spyro.wowjdr.com
Contenu sponsorisé

Informations
Liens

MessageSujet: Re: Cynder - Jugée sur son passé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cynder - Jugée sur son passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» Quelques interventions de Nickie dans un passé ...recent.
» Il est de retour ... Mais que s'est il passé depuis 3ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spyro : No Vacation Again ! :: Le Commencement :: Les Présentations :: Fiches Archivées-
Sauter vers: